Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Merci ...

Il y a actuellement    personne(s) sur le blog CFA

Recherche

Archives

AGENDA

   

 

 

 

   

Tour Féminin Limousin 2012

  logoofficielTFELPC.jpgTour Féminin en Limousin 

      19 au 22 juillet 2012

Accueil des équipes et présentation

le 18 Juillet 2012 

PROFILS - CARTES - HORAIRES

DES 4 ETAPES DE L'EDITION 2011 - cliquez sur le logo

 

LOGO-2525252525252520RMJ

Toutes les étapes à réécouter

logo velo19 2011

Reportage photos

Tour de Bretagne

Les incontournables

banniereAACF.jpg

 pistache ..
CFerrierBruneau.jpg


Les carnets de route
 
 
 
CHAMPIONNAT DE FRANCE DE L'AVENIR

TOUTES LES PHOTOS

SUR VELO 19 - CLIQUEZ ICI

 

logo velo19 2011

 

Tour Féminin en LIMOUSIN 2010

20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 22:29

P1030653Le 12 octobre s'est tenu à Monaco un symposium sur la place des femmes dans le sport. Article très intéressant que je vous invite à lire. La femme dans le sport est loin d 'avoir trouvée sa place.

Le sport féminin a du mal à trouver sa place à la télévision

Si, petit à petit, la parité hommes-femmes commence à trouver sa place dans la vie politique, économique et sociale, il n'en est pas de même dans le domaine sportif. L'exposition audiovisuelle est très inégale entre les sports masculins et féminins.

Lors d'un symposium sur "La place des femmes dans le sport", qui s'est tenu, mardi 12 octobre à Monaco, dans le cadre du Sportel (rencontres entres les professionnels du sport et de la télévision), tous les opérateurs de l'audiovisuel sont tombés d'accord pour expliquer qu'il y avait encore beaucoup de chemin à parcourir pour que les sportives – en dehors des rubriques people –, trouvent leur place légitime à la télévision.

 
Au-delà des questions essentielles d'audience, et donc de financement publicitaire pour les chaînes, ce sont les stéréotypes des directions des sports (la plupart dirigées par des hommes) qui posent problème. "Il existe une différence d'approche des médias pour traiter le sport féminin. Par exemple, lorsque les médias parlent d'une sportive, ils l'appellent par leur prénom alors que les hommes sont désignés par leur nom", souligne Anita de Frantz, avocate et présidente de la commission Sport et femmes au Comité international olympique (CIO). "C'est une façon de ne pas prendre les femmes sportives au sérieux et de les infantiliser", estime t-elle.

"UN FAIT CULTUREL PERTINENT"

Les commentateurs des tournois de tennis évoquent ainsi les performances de "Serena" et de "Venus" (les sœurs Williams), alors qu'ils parlent plus volontiers des victoires de "Federer" ou de "Nadal", côté hommes. Même chose en natation, avec "Laure" (Manaudou), ou en athlétisme pour "Marie-José" (Perec).

"Les pratiques sportives constituent un fait culturel particulièrement pertinent pour analyser les rapports sociaux de sexe, les processus de ségrégation et de hiérarchisation entre les hommes et les femmes", analyse Catherine Louveau, sociologue à l'université de Paris Sud.

EquipeMag50ansLongo.jpgCette (mauvaise) habitude est surtout une question de "galanterie", sourit Daniel Bilalian, directeur des sports de France Télévisions. "Je n'ai jamais eu de difficultés à vendre une retransmission de sport féminin, car à France Télévisions, nous avons une mission du service public, rappelle t-il. Le vrai problème est plutôt d'ordre économique, car le public qui s'intéresse de près aux sports est plutôt masculin et l'on sait que la publicité se fait autour d'eux." Pour autant, note M. Bilalian, les femmes sont maintenant très nombreuses à suivre les retransmissions sportives et les publicitaires ciblent de plus en plus ce public.

PEU DE FEMMES JOURNALISTES SPORTIVES

Quant à la parité parmi les journalistes sportifs, il y a encore beaucoup de travail pour faire changer les mentalités au sein des rédactions, selon Marie Boselli-Berenguer, directrice de l'école de journalisme de Nice. "Les étudiantes s'intéressent à l'information en général mais peu d'entre elles veulent s'investir dans une rubrique sportive, car c'est un univers très masculin où il est difficile de s'imposer", dit-elle.

Seuls, pour le moment, les pouvoirs sportifs ont commencé à donner une place aux femmes. Ainsi, outre Mme de Frantz, qui siège au CIO, la Hollandaise Ingrid Delterne a été élue récemment directrice générale de l'Union européenne de radiotélédiffusion (UER), qui négocie les droits sportifs avec les télévisions, et l'Anglaise Carol Isherwood est la première et seule femme à siéger, en tant que membre, à l'International Rugby Board (IRB).

Daniel Psenny
 
ARTICLE JOURNAL LE MONDE

Partager cet article

Repost 0
Published by CFA - dans News
commenter cet article

commentaires